Naître Jean-Luc Petit...  Devenir écrivain malgré les mauvaises cartes en main...
Livres publiés
Ecrire... un peu raconter sa vie

Catherine Ribeiro, Léo Ferré, Milan Kundera

et This is the end

Catherine, Léo, Milan, les oiseaux et les autres

 

Le conseil régional de Charente-Maritime annonce la région : belle et rebelle. Cette année, à La Rochelle, le soleil avait rendez-vous avec la lune, mais...

Svelte, fragile et forte, fière et humble, de noir vêtue (n'en déplaise à Clemenceau, le noir est une couleur...) : L'Amour aux nus. Catherine Ribeiro est de retour. Elle chante - nous pourrions utiliser le verbe vivre - l'Amour : Aragon, Brel, Ferré, Prévert... Manset !

Le voyageur solitaire et la mystérieuse déesse, superbe rencontre. "Quand je lui ai annoncé que je reprenais Vies monotones ça lui a fait plaisir."

Ecartée pour intégrité et refus des concessions (expliquer la jungle musicale ne relève pas de cette chronique) Catherine s'autoproduit et s'accroche à sa vie, la scène et quand chaque spectateur devient acteur en rendant à l'artiste l'émotion reçue, Catherine "en a pour 8 jours ". Lucide : "Au début, je croyais trouver la sérénité dans l'écriture maintenant je sais que ce ne sera jamais le cas". Jamais ? La lucidité, c'est déjà une forme de sérénité et créer, dépasser une limite. Qui peut se prévaloir d'une telle voix et cette capacité à métamorphoser les mots en sentiments ? "Aimer à perdre la raison" "Ne me quitte pas" "Elles" "Carrefour de la solitude" "Non, je ne regrette rien"...

 

Ca vit d'air pur et d'eau fraîche un oiseau... avec Michel Fugain la fête est au rendez-vous. Sans strass ni faux-semblants. L'envie de déclamer "Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides; Va te purifier dans l'air supérieur, Et bois, comme une pure et divine liqueur, Le feu clair qui remplit les espaces limpides..." (1)

Samedi 17 juillet. La ville s'apprêtait à une nouvelle fête : Jacques Dutronc à guichets fermés et... ce sera la fête the show must go on, c'est parfois difficile quand le matin la radio vous réveille avec l'annonce du départ terrien de Léo.

De Catherine à Léo "Léo, nous sommes et nous resterons des rebelles. Rebelles et beaux comme des planètes vierges (...) Je t'aime pour la beauté du geste". 

La lumière jaillissant vers une chaise proche du piano, Louise Forestier laissera la scène à la présence-absence et clôt son spectacle assise dans la salle, accompagnée du public "Avec le temps".  Maintenant, ils vont t'encenser, tu deviendras présentable Léo, ton physique et tes mots ne les rebuteront plus ( Ah le regard et l'ostracisme, cette haine au quotidien, ce mépris de la différence, cette facilité d'amplifier la paille chez l'autre afin de se masquer... ), ils parleront de toi avec nostalgie. J'aime à t'imaginer rejoignant le paradis des poètes et saluant d'un bras d'honneur le premier as du béton se dirigeant vers l'enfer du lucre.

 

Niveau chanson, voyez : chansons en chti les chansons en chti chtimi et auteur chansons .

voyez aussi les parodies de chansons

Mais les francofolies, c'est aussi quand s'éclipse le spectacle officiel, quand derrière un piano se retrouvent quelques rêves d'un monde à réinventer chaque seconde. Yann en maestro et Christophe en dérives higelianesques... Champagne !

"Il est cinq heures, Paris s'éveille" nous n'avons pas sommeil mais accordons une pensée aux victimes. "Tout c'qu'est dégueulasse porte un joli nom", Jean-Louis Foulquier offre à Yann et Willy l'occasion d'accueillir le ministre de la culture...

 

Une semaine à La Rochelle et la sensation d'une virtuelle volupté scandaleusement  interdite, censurée, frappe notre intellect. Je cherchais le mot de l'achoppement. Agélaste il est repris du grec et il veut dire : celui qui ne rit pas, qui n'a pas le sens de l'humour.  Inventé par François Rabelais, qui a failli cesser définitivement l'écriture victime des agélastes, ce mot a été oublié. Il n'y a pas de paix possible entre le romancier et l'agélaste. (...), les agélastes sont persuadés que la vérité est claire, que tous les hommes doivent penser la même chose et qu'eux-mêmes sont exactement ce qu'ils pensent (2).

   

France 2 assume sa mission éducative : la Shoah de Claude Lanzmann. "Ici on brûlait les gens. Beaucoup de gens ont été brûlés ici..." Repensons à la phrase Orwellienne de Mirek ( personnage du livre du rire et de l'oubli ) : la lutte de l'homme contre le pouvoir est la lutte de la mémoire contre l'oubli.

 

Le "feuilleton de l'été" restera dans l'histoire, non comme une mauvaise série B, avec les billets retrouvés dans le jardin, les implications politiques et le sport qui savait sa contamination depuis longtemps engagée mais comme l'un des premiers scénarios de justice sous le signe de Big Brother. Les médias relaient l'information suivant l'attente des citoyens mais une analyse plus pointue... combien prirent le temps d'observer l'émergence du système "1984" : Relevé téléphonique d'hôtel, télépéage, carte bancaire. Et les caméras "fleurissent", balises de relais téléphonique (Bi-bop), antennes de détection des véhicules (Marqueur électronique Volback)... sous prétexte de sécurité n'est-ce pas la liberté qui s'émiette ? Vigilance.

 

Eric Petetin aime la vallée d'Aspe et les considérations économiques aiment les autoroutes. Eric Petetin a connu la prison, gracié, le combat continu. Le combat de la beauté contre la mesquinerie. A Langeais - la Duchesse de Langeais, roman de Balzac -, entre la ville et le fleuve : un projet d'autoroute. L'Histoire nous observe. Et le béton déchire nos liens...  

 

The end

 

This is the end, prémonitoire chant d'un poète martyre de sa propre voyance, tombé sous psychotropes. Du paradis des poètes il rit vraisemblablement - du rire de l'ange sans haine - du mimétisme de ceux glorifiant sa déchéance et ne comprenant pas sa création, sa révolte (3). Je vous renvoie aux vers placés par Molière dans la bouche d'Alceste... Un jour j'en dirai plus. Peut-être.

 

Paru en septembre : Les testaments trahis, essai de Milan Kundera "... La divulgation de l'intimité de l'autre, dès qu'elle devient habitude et règle, nous fait entrer dans une époque dont l'enjeu le plus grand est la survie ou la disparition de l'individu".

En octobre, sortira le 18éme album de Catherine Ribeiro. Nous t'écouterons Catherine. Et ne laisse pas les agélastes te bouffer la vie.

 

                                                                                  Jean-Luc PETIT

           

1) Charles Baudelaire, Elévation

2) Milan Kundera, L'art du roman

3) Jim Morrison





Commentaire possible

- le 01 aout 2013 à 19 heures 07
céline : Catherine Ribeiro, Léo Ferré et Milan Kundera sont morts ! Parlez des vivants !

sur le forum : écrire... un peu raconter sa vie ?
LIRE PROPOS et commentaires.