Naître Jean-Luc Petit...  Devenir écrivain malgré les mauvaises cartes en main...
Livres publiés
Ecrire... un peu raconter sa vie

ce que les hommes ont cru voir




Tu es partie sachant ta salvatrice mission inéluctable, tu réveillas la douleur afin de créer la réaction sans laquelle rien ne se serait développé.

Quelquefois j'ai vu

ce que les hommes ont cru voir



C'est donc vrai, on me pense, souvent j'y pense et l'étudiante délaisse ses noirs habits, elle s'éloigne...
Fleur sauvage, je sens ta soif vivifiante.
Fleur sauvage, tu ressens cette cage où te condamnerait l'oubli généralisé.
Fleur sauvage, tu zieutes notre naufrage, la fuite du temps où derrière les ombres galopent quelques illusoires sourires.
Fleur sauvage, tu es sans âge.
Fleur sauvage harponne ce visage, utilise le à la gloire du sobre message.

Quand je crie, quand je crée, ma voix et mes mots capables d'ébranler l'ordre social et moral, ne sont que l'instrument de tes rêveries.

La culture, ce moyen de puiser, en l'éradiquant si nécessaire, l'émotion au coeur de l'inconscient, donnerait-elle le code de cette conscience universelle ? Réponds !

A la mémoire de l'Instantané, à la tendresse transgressée, à la peur du lendemain, à la honte de soi et des autres, opposez la sagesse.
Quoi qu'on lui fasse croire, quoi qu'il s'imagine, l'être humain demeure maître de sa vie, le comprendre c'est déjà escalader les marches de la vérité.
La vérité, celle qu'on se donne, celle qu'on découvre en suivant les valeurs essentielles.

Réminiscence; mirage ou lien; la quiétude annonce la guérison, comme la paix intérieure devant la flamme d'une bougie. Qui suis-je ?

Avant le désespoir, l'abandon ou la guérison, l'être humain traverse une phase de doute, où, sur la corde raide de la vie, se dévoile le fatum. Entre bien et mal. No erratum.

Désespoir : *impression de déphasage, au monde, au temps, à la société.
Abandon : *bourgeoisie, argent, fatuité, médiocrité, mesquinerie.
Guérison : *accès au rêve, création, Amour.

Tes rêves échappés du souvenir conscient, ne sont pas que futilité mais, parfois, illuminations incompatibles avec ton quotidien.

D'où venez-vous, qui êtes vous, où allez vous ? âme torturée, conserve l'humilité ou tel l'albatros, maître des airs, ton incapacité à assumer ta présence terrienne et ses trois dimensions, te torturera jusqu'à la déchéance.

Les gitans arrivent, il faudra se méfier. Gare aux poules, aux lapins et aux chiens. Tous des voleurs.

Frank Desperto, dit la plume. 15 ans. Déjà un homme. Un chef.

Dès leur arrêt sur la place, devant la maison, je te remarquais, un chapeau, une guitare; tu parlais ou chantais, toutes et tous t'écoutaient.

Personne ne devait approcher ces gens là. Le couvre-feu instauré par conseil, on ne sait jamais, on n'est jamais trop prudent.

Sortir le soir m'étant aisé - et régulier depuis mes rendez-vous avec les étoiles -, je dévisageais cet autre monde.
Lui aussi maîtrisait l'instinct de prémonition, il m'attendait donc, Nous pouvions Nous éloigner. Il ne visiterait jamais ce village qui ne serait plus le mien.
Sans regret je brisais ainsi le destin assigné quatorze ans plus tôt.
Maman, Corinne et Mickette auraient pu me retenir, mais ce n'est pas abandonner son entourage que de tirer sa révérence en silence, quand on sait qu'il restera au fond de soi jusqu'au dernier souffle, quand on sait que ce n'est pas lui qui rend le départ
Nécessaire mais la vie qui vous appelle, quand on sent qu'il faut rompre la logique des générations destinées à la terre et au labeur.
Je serai délinquant, fou, recherché et traqué mais je serai Moi, désespéré ou émerveillé mais toujours passionné, vivant tant que le cerveau fonctionnera.
- Terminé ! criais-je, emportant en unique bagage, Le petit prince de Saint-Exupéry - offert par monsieur le maire en remerciement de la correction d'une missive de félicitations adressée au ministre de l'intérieur -, où ma mère avait collé une photo, Co
Rinne et Moi, l'entourant.
Coup de tête, fugue ? Tout concordait à simplifier ainsi. Deux heures auparavant j'ignorais ce rêveur et ma vie lui revenait. Confiée.


page suivante : la passion

commande et informations AUTEUR







Commentaire possible



Commentaire sur le forum :
Lecture et commentez.