Naître Jean-Luc Petit...  Devenir écrivain malgré les mauvaises cartes en main...
Livres publiés
Ecrire... un peu raconter sa vie
la passion
se soulever devant le patriarche



Cette nuit là, j'éructai ma plus belle lettre.

Durant quelques instants, transcendé par l'émotion, la passion, la peur ou la révolte, tous sommes capables d'atteindre la quintessence de l'expression ou de l'action, toucher les cimes jusqu'alors invisibles. Le coeur le plus hypocrite peut se reprendre
Et prodiguer quelques graines de tendresse. Là réside l'espoir de l'humanité mais aussi sa faillite.

J'embrassais le grand virage, j'aurais pu me leurrer d'un bonheur sans vibration, préparer en silence une loge au cimetière, m'estimer tout puissant et cracher au visage du mendiant me tendant la main, griller mon paquet de gris, retrousser les filles de
Joie, descendre des pintes, chiquer, maudire les vicissitudes et le vicaire...
Devenir un de ces maquereaux légaux, cul-terreux borné, incestueux, raciste, belliqueux, ivrogne. Vile victime vide.

Combien trouvèrent la violence de résister au conditionnement de la bêtise ?
Combien de fils se soulevèrent devant le patriarche ?
Je n'en tire aucune fierté, les graines de révolte plantées en moi ont simplement germé et débordé la virtuelle insurrection.
La création supplante le corps où elle se vivifie.
L'histoire retiendra ce passage, le troubadour ironique n'en tire aucune gloire, il est simplement parvenu à comprendre une partie de l'essentiel, la plénitude émanerait de l'application des constats que personne ne s'aventurerait à croire sans vivre les
Expériences.
Deux vies permettraient la vie.
Est-ce la raison de notre présence terrestre ?

Sur la route je serai libre, de le suivre, de le quitter, de retourner au village et même de le trahir.
Je ne devrai de comptes qu'à une personne : *Moi.
Tout ce qui avait dorloté mes yeux durant les heures de lecture existait, et lui les connaissait. La plage, les cascades, la montagne. Même la tour Eiffel et Paris brillaient.
Pour la première fois on me présentait un choix, l'aventure ou la famille, bien sûr la police me rechercherait, accuserait, mais à Paris personne ne se connaît et tout le monde accepte tout le monde.
C'était ainsi en Mars 1960.
Etait-ce vraiment ainsi, ou le temps sélectionne-t-il les souvenirs afin de nous rendre nostalgiques ?

Le choix. En se retournant on se persuade d'un choix, mais s'en aperçoit-on à l'instant de la décision ?
Aujourd'hui se présente un croisement. Je m'arrête, regarde, derrière, devant, ici. Je peux me le permettre, pas mal à cet âge, quand même. Oh le vieux grincheux !
La star adulée, malgré l'impression de pouvoir, conserve-t-elle la faculté de choisir autre chose que le numéro d'immatriculation de sa porsche ?

M'enraciner à la une de l'actualité, plaire aux fonctionnaires et aux flics, aux midinettes et aux boutonneux, recueillir les suffrages des associa-tions de parents d'élèves, des regroupements de consommateurs, déjeuner à la cour du roi, voyager aux frai
S des sponsors, rien ne m'eut été plus simple. Il m'eût suffit d'appliquer la moralité variable du parvenu qui s'adapte et gère sa vie par repositionnement marketing, avec efficacité et pragmatisme. Consensus mental mou. Si j'ai choqué les devantures de
Bijoux ambulantes et les smokings sortis du pressing, le clin d'oeil intersidéral de Mimi me rassure.

La route et le mépris qu'elle attise dans le coeur des bien-pensants envers ceux qui l'empruntent.
La route et ses amitiés particulières, l'espace d'un demi, d'un regard ou d'une vie.
La route où je connaîtrai le doute et l'Amour au compte-goutte.
La route, longue promenade enlacé à l'écume des jours, effleurant l'interlope et le proscrit.
La route où je côtoierai vos idoles.
La route racontée en poèmes, romans, pièces, films.
La route qui me procurera la soi-disant consécration, un fan-club, la rosette à la boutonnière.
Symbole d'une génération.
La route où je comprendrai que s'il faut vivre ailleurs pour vivre, la vraie vie est en Nous. Avec les autres.
La route merveilleuse quand elle est enfourchée tendrement, cauchemar quand elle n'est que fuite.


page suivante : Symbole génération

commande et informations AUTEUR Le sud de la France







Commentaire possible



Commentaire sur le forum :
Lecture et commentez.


la passion se soulever devant le patriarche